Pourquoi un service postal public?

Share This

Au Canada, le service postal unit le pays depuis la confédération.


Dans un pays aussi vaste que le nôtre, il y a toujours un bureau de poste public, où que l’on soit, et le service postal dessert l’ensemble de la population, où qu’elle vive.

Bien que les Canadiennes et Canadiens soient nombreux à se servir des outils de communication numériques, il n’en demeure pas moins qu’ils comptent encore sur le courrier et les colis pour bien des activités du quotidien : affaires, magasinage, paiement de factures.

 

Postes Canada est une société d’État, et les sociétés d’État sont créées par les gouvernements pour servir des objectifs précis en matière de politiques publiques. Et dans le cas présent, il s’agit de la livraison du courrier.    

Les sociétés d’État ne sont pas des entreprises ayant des objectifs strictement commerciaux. Elles sont censées agir dans l’intérêt supérieur de la population, et elles doivent être au service de celle-ci. Leurs résultats doivent être évalués en fonction des avantages sociaux et économiques qu’elles procurent à la population, et non uniquement en fonction des profits qu’elles génèrent.       


Année après année, Postes Canada déclare des profits, respectant ainsi son objectif d’autonomie financière.  


L’autonomie financière ne représente pas le seul objectif de Postes Canada. En effet, elle a aussi pour mandat de livrer le courrier à un tarif abordable et universel et d’améliorer les services qu’elle fournit au public.   

L’importance accordée aux profits porte ombrage à la nature publique du service postal. Postes Canada s’est éloignée de la population – véritable propriétaire du service postal public – et son sens du devoir public n’est plus ce qu’il était. 

Latest Content

Samedi 18 Mai 2019
Lundi 13 Mai 2019
Dimanche 12 Mai 2019
Jeudi 18 Avril 2019
Postes Canada a rendu public son plan d’entreprise de 2019 à 2023, qui a été approuvé par son conseil d’administration en octobre 2018. Habituellement, Postes Canada en remet un exemplaire au STTP peu avant qu’elle le rende public, mais cette fois-ci, nous avons appris sa parution dans les médias. Malheureusement, encore une fois, Postes Canada ne fait que rabâcher la même vieille rengaine.
Jeudi 18 Avril 2019
Ottawa – Le 16 avril dernier, sans tambour ni trompette, Postes Canada a remis au Parlement son plan d’entreprise. C’est sans surprise, du moins pour le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), que l’on constate un assombrissement encore plus marqué des perspectives d’avenir. « Postes Canada a l’habitude de prévoir des pertes, mais de toujours parvenir à de biens meilleurs résultats que ses prévisions. Elle n’hésite toutefois pas à se servir de ses prévisions pour soutenir, auprès de la population et à la table de négociation, qu’elle est sans le sou, déclare Mike Palecek, président national du STTP. Ce plan d’entreprise souligne l’aversion dont fait preuve Postes Canada pour mettre en place un service postal public qui soit viable à long terme. »
Mardi 16 Avril 2019
L’audience a commencé par la suite du témoignage de Geoff Bickerton qui portait sur la chronologie des négociations des FFRS. La consœur Cathy Kennedy, membre du comité, a ensuite témoigné sur le processus de l’équité salariale et sur les décisions de l’arbitre Maureen Flynn.